Expertises
Collectivités
6 min
12.12.2023

Venir en aide aux plus démunis face à l’inflation : des solutions ciblées

Les prix augmentent depuis plusieurs mois, à hauteur de 20,7 % depuis juin 2021 dans l’alimentaire (Source Institut Circana), et de nombreuses études montrent l’impact important sur les ménages les plus fragiles. La crise énergétique, liée à l’invasion russe en Ukraine, est aujourd’hui complétée par une hausse du prix des denrées alimentaires. Dès lors, les collectivités mettent en place des solutions afin d’aider de manière conséquente les plus démunis. 

Dans un contexte économiquement morose, le pouvoir d’achat des Français a nettement reculé ces derniers mois. La France compterait plus de 4,8 millions de personnes en situation de pauvreté gagnant moins de 940 euros mensuels (soit 50% du salaire médian), selon l’observatoire des inégalités (chiffres juin 2023).

La cause principale ? Une inflation galopante qui avoisine les 5,9 % depuis le début de l’année 2023. Différentes études montrent ainsi un impact important sur les ménages les plus fragiles. Les principales sources d’inquiétude concernent l’accès à une alimentation saine et une hygiène acceptable. Il est donc indispensable de renforcer les services de première nécessité, un enjeu majeur pour les collectivités.

Urgence sociale, les associations en première ligne

Des collectifs, comme Alerte, réclament des mesures d’urgence pour les plus démunis. Le Secours catholique, quant à lui, résume bien la situation : “Déjà affaiblis par la crise sanitaire, les ménages démunis subissent l’inflation de plein fouet. Comme souvent, c’est dans un silence angoissé qu’ils endurent de nouvelles privations.” D’autres font un constat amer : Patrice Douret, Président des Restos du cœur déclare dans une tribune au journal Le Monde “la hausse des coûts de l’énergie et des prix des denrées fragilise l’équilibre des associations de solidarité, au risque de réduire leur aide aux plus précaires”.

L’atout des aides fléchées !

Dès lors, la part des collectivités dans l’aide aux foyers les plus précaires devient prépondérante. Une des solutions possibles : les aides fléchées. Cette allocation financière ou prestation accordée notamment par les collectivités est destinée à répondre à un besoin spécifique du bénéficiaire.

Contrairement à une aide monétaire générale, cette aide est « fléchée » car elle est ciblée pour un usage précis. Elle peut prendre la forme, par exemple, de bons d’achat pour de la nourriture, de chèques destinés au paiement du loyer, ou de coupons pour des services de garde d’enfants. L’objectif est de garantir que l’aide soit utilisée pour répondre à des besoins essentiels et urgents, tout en aidant les bénéficiaires à surmonter des situations difficiles.

Ces aides peuvent être dirigées vers des commerces ou associations déterminés à l’avance et permettent de cibler des univers de consommation. Et pour les produits sous forme de cartes, dans un format zéro papier et zéro cash qui ne stigmatise pas le bénéficiaire, car il n’indique en rien qu’il s’agit d’une aide sociale.

De plus en plus simples à mettre en place pour la collectivité, directement accessibles par les plus fragiles, elles permettent d’alléger les factures d’alimentation, d’énergie ou même de vêtements. C’est par exemple l’objectif des CAP (Chèque d’Accompagnement Personnalisé) Chèque de Services, ou de la “version carte”, UpCohésia. Mais le soutien à la qualité de vie se fait également à travers des aides pour les loisirs, la culture ou le sport, souvent les postes de dépenses les plus touchés et diminués, grâce à des titres cadeaux ou culturels tels que le UpCadhoc, le Chèque Lire, le Chèque Culture, ou l’application UpEpass, qui peut regrouper toutes ces dotations.

Les étudiants parmi les plus touchés

Malgré l’attribution de bourses et de quelques aides supplémentaires, les étudiants subissent de plein fouet l’inflation et se précarisent peu à peu. Les files d’attente devant les distributions alimentaires se gonflent de jeunes aux finances déjà instables. “Quand le prix des pâtes augmente de 20 %, ça touche davantage les étudiants que ceux qui mangent du quinoa…” déclare Julien Meimon dans Le Monde, Président et fondateur de l’association Linkee qui distribue des colis alimentaires aux étudiants. Dès lors, l’immense majorité de la population estudiantine déclare se restreindre sur la qualité et la quantité de leur alimentation. Un comble quand on souhaite redonner une impulsion au développement universitaire. Mais il existe des solutions concrètes qui peuvent rapidement venir en aide aux étudiants.

Faire reculer la paupérisation étudiante

Avec ses 80 000 étudiants, l’Université de Lille doit faire face à de très nombreux cas de pauvreté au sein de ses élèves. Pourtant, des actions concrètes sont entreprises. Le point avec Emmanuelle Jourdan-Chartier, Vice-Présidente vie étudiante et campus.

Quand on parle de paupérisation étudiante, à quoi êtes-vous réellement confrontée ?

50 % de nos étudiants sont boursiers (alors que la moyenne nationale oscille entre 30 et 35 %). Ils subissent de plein fouet l’inflation, ainsi que leurs parents qui les aident normalement financièrement. Le résultat ? D’après nos études internes, plus de 30 % de nos étudiants sont en précarité alimentaire.

Comment aidez-vous concrètement ces élèves en difficulté ?

Il y a des aides individuelles directes avec des aides du Crous, des e-cartes alimentaires ou des aides à la connexion internet, mais c’est très loin de suffire. Donc, nous avons décidé d’aller plus loin en instaurant un “coup de pouce été” sous forme d’une e-carte de 50 €, un “coup de pouce numérique” sous forme de prêt d’ordinateur et enfin un “coup de pouce rentrée” qui est de loin le plus attendu.

Comment avez-vous mis en place ce coup de pouce rentrée ?

Cela concerne prioritairement les étudiants de 1ère année. Parmi les 17 000 que compte l’Université de Lille, nous avons retenu 3 000 profils particulièrement en détresse. Et nous leur avons proposé une dotation digitale de 300 €. Pour cela, nous avons fait appel à UpCoop, qui a très rapidement mis en place et piloté le processus complet. C’est très fluide et l’expérience demeure particulièrement bonne pour nous. Ce “coup de pouce rentrée” permet aux étudiants précarisés de prioriser leurs achats comme ils le souhaitent. Et cela fait reculer un peu la paupérisation étudiante !

Soutenir efficacement les populations avec les solutions Up

La coopérative UpCoop conçoit et déploie des solutions de paiement et des services à utilité sociale et locale qui permettent à l’action publique de gagner en efficacité et visibilité. Elles donnent aux collectivités les moyens d’agir pour toutes les populations, au plus près des territoires.

Découvrir les monnaies intelligentes Up

Zoom sur l'Essentiel
avec la newsletter UpCoop !

  • Contenus premium et des actualités pour vous inspirer
  • Éclairages et conseils en lien avec votre métier (Dirigeants, RH, CSE, Managers …)
  • Cas pratiques et témoignages de clients ou d’experts
  • Agenda des évènements à ne pas manquer

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

De la carte de paiement à l’app mobile : les nouveaux visages de l’aide sociale

S’inscrivant pleinement dans la transition numérique, les collectivités peuvent désormais disposer de solutions plus modernes pour leurs politiques d’aides sociales. Ce passage dans l’ère ...

05.12.2023

Précarité énergétique : comment aider les foyers à faire face ?

L’hiver approche et les prix de l’énergie flambent : + 15% en moyenne sur le gaz, +15% puis + 10% pour l’électricité. Une inflation qui met en difficulté les ménages franç...

30.11.2023

Prêt à passer à la carte UpDéjeuner ?

Le saviez-vous ? La fin du titre restaurant au format papier a été annoncée pour 2026 (Déclaration de la Ministre déléguée auprès du ministre de l&...

27.11.2023

Redynamiser les villes moyennes : enjeux & leviers

Alors que le Salon des Maires vient de fermer ses portes, projecteur sur le plan national Action cœur de ville, qui répond à une double ambition, partagée par ...

21.11.2023

Nos campagnes ont du talent avec le collectif Génération Villages

La coopérative UpCoop, l’association Bouge ton Coq et l’Association des Maires Ruraux de France (AMRF) s’associent pour co-fonder le collectif Génération Villages. Objectif commun : ...

09.11.2023

Accès à l’alimentation sur les territoires : Le CCAS de Mérignac, lauréat du prix des AMIs de l’ACTAS 

La coopérative UpCoop était partenaire des 46ièmes Rencontres de l’ACTAS (Association des Cadres Territoriaux de l’Action Sociale) à Cherbourg-en-Cotentin (50),  et remettait pour la première ...
Retrouvez toutes les actualités liées