Du côté des pros | Entreprise -50

Question QVT, les TPE ne manquent pas d’arguments

3 min
11.06.2021

Autonomie, souplesse, sens du travail et cohésion : autant d’ingrédients de la QVT que l’on retrouve souvent naturellement dans les TPE.

En initiant le Trophée Quali’vie (« L’artisan de la qualité de vie au travail ») en 2017, la commission paritaire régionale interprofessionnelle de l’artisanat (CPRIA) de Bretagne a tenu à démontrer la capacité des TPE à agir sur la santé au travail, l’égalité professionnelle, l’engagement, le développement des compétences et l’organisation du travail.

« Nous avons voulu casser l’image de pénibilité attachée aux métiers de l’artisanat pour mieux les valoriser auprès des candidats », explique Marina Barbier, secrétaire générale de l’U2P Bretagne et représentante de la CPRIA Bretagne. C’est en lisant un e-mail d’appel à candidatures pour le prix que, arrivée depuis peu et très agréablement surprise par la bonne ambiance au travail dans cet atelier de menuiserie, l’assistante de direction de l’Art du Bois a proposé au dirigeant d’interroger les salariés sur la façon dont ils vivaient la qualité de vie au travail (QVT). La responsabilisation, la souplesse dans les horaires et la convivialité ont été plébiscitées par une majorité de salariés. Et finalement, la candidature collective de cette petite entreprise, où l’on faisait de la QVT sans le savoir, a été récompensée par le troisième prix de l’édition 2018 !

Dépasser les postures entre employeurs et salariés

Hors artisanat, les commissions paritaires régionales interprofessionnelles (CPRI) ont pour mission de s’adresser aux TPE pour améliorer le dialogue social. Celle d’Auvergne-Rhône-Alpes s’est également mobilisée sur la QVT. Un questionnaire de mesure du ressenti en la matière a été distribué dans les commerces de proximité à destination des salariés et des employeurs. Plus de cent retours ont été comptabilisés, malgré les contraintes sanitaires. « L’accueil a été très bon et la démarche appréciée », se souvient Lynda Bensella, présidente CGT de cette CPRI où représentants des salariés et des employeurs travaillent conjointement, en dépassant les postures, à l’image de la réalité du travail dans les TPE.

Attractivité des emplois

Ces retours d’expériences ont été partagés lors de deux conférences en ligne organisées par le groupe Up, les 19 et 26 mars. Avec l’objectif de donner la parole aux représentants des salariés et des employeurs des TPE, ces temps d’échanges ont démontré que la QVT et le dialogue social sont des facteurs pris en compte par les TPE et PME.

Pour Marc Lenfant, directeur commercial TPME du groupe Up  : « Alors que les jeunes recherchent des entreprises à taille humaine, il n’y a aucune raison que les emplois proposés dans les TPE ne soient pas aussi attractifs que ceux de grandes entreprises… À l’origine, c’est-à-dire dans les années 60, il faut se souvenir que les titres-restaurant visaient les salariés des TPE qui n’avaient pas la possibilité de leur proposer de restaurants d’entreprise ».

Preuve que, dans les petites entreprises, on a eu très tôt conscience de la nécessite, et de l’intérêt pour la performance, de prendre soin de la QVT de ses salariés !

Abonnez vous à notre Newsletter !

S'inscrire à la newsletter